Le Ventre, notre deuxième Cerveau

Pourquoi compare-t-on notre ventre et notre cerveau ? Penserions-nous avec notre ventre ? Qu’est-ce que ça nous apporte de savoir ça ? Qu’est-ce que ça change pour notre vie ?

 Extrait du webinaire du 29 août 2017

Cliquez ici pour assister au prochain Webinaire Énergie-Stratégie-Liberté en direct.

Transcription texte

Eric Delafontaine : Alors, notre ventre qu’on appelle, vous devez déjà avoir entendu cette appellation : le deuxième cerveau. C’est pas du tout un terme que vous devez découvrir ce soir j’imagine.

Alors pourquoi est-ce qu’on appelle notre ventre, le deuxième cerveau ? Et surtout, et c’est l’objet de ce webinaire, parce que c’est bien beau de savoir qu’on l’appelle comme ça mais c’est bien aussi de savoir et pourquoi et surtout à quoi est-ce que ça nous sert dans notre vie de tous les jours. Parce que des concepts comme ça peuvent rester très abstrait et je dirais pas nous servir plus que ça !

Moi ce que je souhaite dans tout ce que j’enseigne, c’est que chaque chose, chaque élément, chaque notion en fait soit et comprise et puisse avoir une application dans notre vie et que ce soit vraiment du concret.

Donc, le ventre est appelé notre deuxième cerveau déjà d’une part à cause de sa ressemblance. Quand vous regardez en fait l’intérieur du crâne, quand vous regardez le cerveau, que vous voyez toutes ces circonvolutions du cerveau, en particulier des hémisphères cérébraux. Et quand vous regardez la même chose au niveau du ventre, que vous voyez à l’intérieur les intestins tout ça à l’air très emberlificoté, ces dizaines de mètres d’intestins que nous avons à l’intérieur de notre ventre, mais en fait c’est pas du tout emberlificoté, c’est très organisé ! C’est ce qu’on appelle la loi d’analogie, c’est à dire que le cerveau et le système intestinal fonctionnent ensemble.

Ils se ressemblent déjà par la forme et on a découvert en plus enfin c’est pas moi c’est des scientifiques très pointus qui ont découvert ça depuis une bonne trentaine d’années maintenant, c’était au tout début des années 90, que nous avons au sein de nos intestins des neurones comme il y en a dans notre cerveau. Des neurones disséminés à l’intérieur de notre système intestinal. Il y en a aussi j’en ai parlé au dernier webinaire, on a aussi au niveau de notre cœur comme au niveau de notre cerveau et comme au niveau de notre système intestinal. Il y a des neurones qui sont là dans notre ventre qui ont une mémoire qui leur est propre qui ont un fonctionnement qui est indépendant du cerveau. Ça veut dire qu’ils peuvent fonctionner tout seul Et ils ont une mémoire qui est ce qu’on peut appeler la mémoire du corps ou la mémoire du ventre. C’est à dire qu’ils se souviennent, qu’ils gardent en mémoire ce qu’on a pu vivre, ce qu’on a pu ressentir, ce qui a pu se passer à l’intérieur de notre ventre.

En fait, ces neurones vont garder cela en mémoire. Et c’est ce qu’on appelle aussi l’empreinte. Quand on vit quelque chose, ça s’imprime à l’intérieur de nous, dans notre corps, en particulier dans notre ventre. Et ça laisse des traces, ça reste imprimé à ce niveau-là. Donc ça c’est ce que la science moderne a découvert.

Et elle a aussi découvert que plus en fait le cerveau et notre ventre étaient équilibrés, plus ils marchaient ensemble, mieux chacun d’entre eux fonctionnait de façon optimale. Ça veut dire qu’en fait ils doivent fonctionner ensemble et que tout ce qui se passe à l’intérieur de l’un des deux a des répercussions sur l’autre. Par exemple, vous avez vécu quelque chose, je dirais une émotion forte, quelque chose de difficile, on reparlera après dans le détail des émotions quand on passera à la médecine chinoise, mais vous avez vécu quelque chose de difficile qui s’est imprimé à l’intérieur de votre ventre, parce que vous avez perçu l’émotion, vous avez noué une certaine zone au niveau de vos intestins, au niveau de votre ventre et bien du fait que ce soit noué à cet endroit là, l’information de ce nœud va se transmettre jusqu’au cerveau qui va se nouer exactement au même endroit. ça va correspondre exactement à la même chose. Ce que je veux dire en fait, c’est que vraiment notre ventre et notre cerveau fonctionnent ensemble. Et même s’ils sont indépendants chacun, ils ont un lien entre eux. Et chaque chose que l’on vit à un impact autant sur notre cerveau que sur notre ventre.

Comme je vous l’ai dit tout à l’heure, c’est une forme qui est presque identique. Si dans notre intestin, ça va se nouer à cet endroit-là. Si on reprend le cerveau, ça va se nouer à cet endroit-là et ça va correspondre à la même zone, à la même émotion et de là va découler tout un fonctionnement. C’est-à-dire que si on a vécu un traumatisme, une émotion forte, ça va se nouer au niveau de notre ventre, ça va se nouer au niveau de notre cerveau et notre fonctionnement mental, émotionnel, physique et tout le déroulement notre vie va s’enchaîner à partir de là.

 Et ça vraiment c’est ce que la science moderne a découvert aujourd’hui et on sait comme ça que ces deux organes que sont le cerveau et notre ventre ont un fonctionnement presque similaire et fonctionnent de concert. Et je vous parlais tout à l’heure d’équilibre, c’est à dire que quand on arrive à ce qu’ils fonctionnent en harmonie. C’est-à-dire quand il n’y pas une prédominance de l’un par rapport à l’autre. Et dieu sait si nous les occidentaux on a une prédominance de fonctionnement au niveau de notre cerveau, je parle là de notre cerveau intracrânien. On est beaucoup, énormément dans notre tête, on réfléchit, on pense, on analyse. Ce qui est très bien, c’est pas le souci, c’est très très bien. On est beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup dans le fonctionnement cérébral intracrânien et ça a tendance à se faire au détriment de nos autres centres, de nos autres cerveaux : le cerveau du cœur et le cerveau du ventre. Quand on arrive à retrouver, on va en parler après, un équilibre entre ces deux cerveaux que sont le ventre et le cerveau intracrânien. Et même entre les trois ! Il y a des techniques aujourd’hui qui existent, des techniques occidentales, là je parle même pas de médecine chinoise. Il y a des techniques qui existent pour rétablir l’équilibre entre les trois cerveaux. On parle de cohérence je sais plus exactement comment ça s’appelle je crois que ça s’appelle la cohérence cérébro-cardio-intestinale. Je peux me tromper sur le terme, mais il me semble que c’est quelque chose comme ça. En tout cas, c’est ça que ça veut dire. Et quand on travaille sur l’ équilibre entre les trois cerveaux et bien chacun fonctionne de façon optimale. Aussi bien celui du ventre que celui du coeur que bien-sûr celui qui est à l’intérieur de notre crâne. Plus on va libérer en fait, on va voir ça après avec toutes les techniques dont je vous parlais. Mais plus on va libérer tout ce qui peut bloquer au niveau de nos intestins, de notre ventre, plus on va libérer de par là même notre cerveau intracrânien. C’est beaucoup plus facile d’aller travailler sur le ventre. C’est beaucoup plus accessible. C’est beaucoup plus simple. C’est beaucoup plus physique que d’aller travailler sur le cerveau. On ne peut pas, c’est pas facile d’aller se masser les hémisphères, les lobes, les différentes zones du cerveau manuellement alors que c’est quelque chose qu’on peut faire sur le ventre. Donc le fait d’aller faire tout cela sur le ventre, ça va avoir des répercussions sur notre cerveau, ça va nous alléger et ça va faire en sorte qu’on ait un fonctionnement beaucoup plus proche de ce qu’on est en réalité et plus éloigné de ce qu’on a pu vivre de nos blessures.

4 réflexions au sujet de « Le Ventre, notre deuxième Cerveau »

Répondre à Durieux Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge